Contact

Accueil > Retour-sur-lenquete-des-lyceens-de-diwan-et-leur-utilisation-de-la-langue-bretonne
lise_karaez__RLP6041

Retour sur l’enquête des lycéens de Diwan et leur utilisation de la langue bretonne

Compte-rendu

05/11/2021

Lenn ar pennad e brezhoneg

La rentrée 2021-2022 s’est bien passée dans nos établissements et le rythme scolaire s’est mis en place, l’occasion de reparler d’une grande enquête sociologique qui a été menée au lycée Diwan de Carhaix sur les lycéens, leurs familles et le breton. Les résultats avaient été publiés en avril 2021.

Entre novembre 2019 et janvier 2020, 314 lycéens ont été interrogés pour comprendre ce qui influence leur usage du breton au quotidien. Cette étude était un projet pédagogique au départ : Gildas Grimault, professeur de sciences économiques et sociales, a proposé à un groupe d’élèves de seconde de se mettre dans la peau d’un sociologue et de rédiger une série de questions :

« Est-ce que l’âge et le niveau scolaire, le collège d’origine, la famille (brittophone ou non), si l’on est un garçon ou une fille, ont une influence sur l’emploi du breton ? soumet Gildas. Nous n’avions aucune idée des réponses, ni moi, ni les lycéens. Les élèves étaient très fiers d’aller présenter leur travail de classe en classe, d’interroger leurs camarades et de recueillir leurs réponses. »

De nombreux éléments ont été mis en évidence :

  • 79% des lycéens déclarent que la langue bretonne leur est chère

  • 71% d’entre eux estiment avoir un bon niveau ou assez bon

Avoir des parents brittophones accroît ce sentiment de compétence, le genre également :

« Les filles se sentent plus compétentes en breton que les garçons, explique Gildas. On sait qu’en France, les filles sont plus scolaires que les garçons en général. Pour une bonne partie des lycéens, le breton est une matière scolaire car généralement, on ne parle pas breton à la maison. On peut donc faire un lien entre les deux pour expliquer ces résultats. »

Cette enquête montre aussi que bon nombre de lycéens ont un parent brittophone. Dans près d’une famille sur deux, le père ou la mère maîtrise le breton bien ou assez bien, mais la transmission semble faible :

« Nous avons remarqué que seul un quart des parents qui connaissent le breton le transmettent, constate Gildas. L’objectif n’est pas de juger car nous savons qu’il y a une forte envie chez les militants de transmettre, mais nous voulons comprendre ce qu’il se passe pour les lycéens. Quand nous entendons qu’ils n’utilisent pas suffisamment la langue bretonne ou qu’ils ne l’emploient pas en continu, il faut aussi savoir que les trois quarts des pères ou des mères qui connaissent bien ou assez bien le breton n’ont pas réussi à le transmettre à leur enfant. »

La transmission de la langue bretonne au sein des familles, c’est le sujet d’une thèse actuellement menée par la sociologue Katell Chantreau, coordinatrice de cette enquête avec Gildas Grimault.

> Cliquez ici pour consulter les résultats de cette étude et en savoir plus

Mots clefs associés : breton    langue    langue bretonne    lycée    enquête    lycéens   

Partager cet article

Lire aussi

Journée d’échanges le 20 novembre 2021

La journée d’échanges est le rendez-vous annuel où les responsables d’AEP ou autres membres de Diwan et salariés peuvent se...

Le calendrier Diwan 2022 est arrivé !

Le calendrier 2022 a été réalisé par l'école Diwan de Bannalec sur le thème des "animaux cachés de Bretagne"

Mobilisation du 16 octobre pour les forfaits scolaires : ça bouge à l’Est !

Après le courrier de la préfecture de la Loire-Atlantique, nous avons eu ce jeudi 14 octobre copie du courrier de la préfecture...

Appel à mobilisation : nous voulons notre courrier de clarification !

Le 11 août 2021, nous avons reçu un courrier de la préfecture de la Loire-Atlantique confirmant, suite à la promulgation de la...

Tous les articles sur ce thème