Contact

Accueil > Soutenir Diwan > En tant qu'élu·e
Parlementaires_reunion_de_travail
Réunion de travail à l'assemblée nationale avec les députés et les sénateurs bretons, 19 juin 2018 ©DR

Soutenir en tant qu'élu·e local·e

Lenn ar pennad e brezhoneg

Pour transmettre le breton aux générations futures, Diwan fait sa part. Et nombre d’élus locaux et de parlementaires font aussi leur part. L’implication de tous est indispensable si on veut continuer à faire vivre notre patrimoine linguistique.

Depuis le premier jour de l’aventure Diwan, les élus de Bretagne sont de la partie. C’était un soir de mai 1977, le conseil municipal de Ploudalmézeau s’était réuni et avait décidé de louer les locaux de l’ancienne école de Lampaul, neuf voix pour et deux abstentions. « Avant de conclure la location, le conseil demande que la commission de sécurité visite les lieux, » précisait même le journal. Quelques jours plus tard, cinq enfants faisaient leur rentrée. Désormais, presque tous les établissements Diwan sont hébergés dans des bâtiments ou sur un terrain public ; les trois exceptions à ce cas général créent diverses difficultés aux écoles.

Quelle que soit leur sensibilité politique, les élus de Bretagne témoignent leur attachement à la transmission du breton. Le député centriste du Finistère (1986-1997), Jean-Yves Cozan n’était-il pas surnommé le « député Diwan » ? Plus récemment, on retient les déclarations du président du conseil régional de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard lorsqu’il qualifie Diwan de « maillon essentiel du service public d’éducation en Bretagne » ainsi que l’union des parlementaires bretons pour faire évoluer la loi Blanquer concernant le versement du forfait scolaire communal. Les valeurs de Diwan, notamment la gratuité et la laïcité de l’enseignement, ne sont pas étrangères à ce soutien.

Projets d'écoles, de collèges, de lycée

Les soutiens financiers du conseil régional de Bretagne et des conseils départementaux, notamment celui du Finistère, sont essentiels au réseau. Au quotidien, les communes rurales, les métropoles, les petites villes et les communes périurbaines des cinq départements sont aux côtés des élèves, des équipes et des familles. Certaines intercommunalités ont même déjà commencé à travailler. En effet la promotion des langues régionales et l’éducation populaire font partie des compétences partagées des collectivités territoriales (Code général des collectivités locales, article L 1111-4). Ainsi, pour les projets d’écoles (Ploermel, Tréguier, Quimper 3, Vannes 2) ou de collège (Guipry-Messac, annexe de Plésidy), le soutien des élus locaux est déterminant. De même, l’effort conjoint des élus, au-delà de leurs attaches partisanes, contribuera à l’ouverture d’un deuxième lycée immersif à Vannes en septembre 2020.

Des questions à poser ?

Vous êtes élu·e local·e, vous avez des questions à poser ? Contactez-nous et nous vous mettrons en relation avec nos chargés de mission : Catherine Guérin pour l'Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Morbihan et Dinan, ou Yann Servais pour le Finistère et les Côtes-d’Armor (sauf Dinan).

> demat[at]diwan.bzh, 02 98 21 33 69

Partager cet article

Lire aussi

Les collégiens découvrent, en breton, tous les métiers

Lundi s’est tenu le carrefour des métiers de Diwan à la salle Glenmor de Carhaix. Organisé depuis 2004, il permet aux élèves...

Kevre Breizh exhorte les élus à un vrai travail collectif

Kevre Breizh, dont Diwan est membre, a publié un communiqué de presse suite au vote à l’Assemblée Nationale de la proposition...

Combien de temps resterons-nous aveugles à notre patrimoine linguistique ?

Certains incendies sont plus spectaculaires que d’autres. Celui qui a embrasé le ciel de Paris le 15 avril a frappé les esprits...

Diwan vous donne rendez-vous aux portes ouvertes les 7 et 8 février !

Dorioù digor* ! Diwan invite toutes les familles qui le souhaitent à visiter leurs écoles pour découvrir son l’enseignement par...

Tous les articles sur ce thème