Contact

Accueil > Quoi de neuf > Dans les médias

Diwan dans les médias

  • Carhaix. 2 000 crossmen ce mercredi à Kérampuil

    Source : - Le Télégramme
    Date de parution le 03/12/2019

    Plus de 2 000 élèves sont attendus ce mercredi à Kérampuil lors des championnats du Finistère de cross UNSS (Union nationale du sport scolaire).

    Parmi les crossmen attendus ce mercredi à Kérampuil, on compte une quarantaine d’élèves du collège Beg-Avel ainsi que des représentants des lycées Diwan et Paul-Sérusier.

  • skol_Arfaou

    Le Faou. Un parent d'élève réalise son premier film documentaire

    Source : - Ouest-France
    Date de parution le 03/12/2019

    Tanguy Alanou réalise D’Escale en Eskal, son premier film documentaire.Il est aussi en première ligne pour aider l’école Diwan de Rumengol et son comité de soutien.

    Tanguy Alanou est toujours en première ligne pour aider l'école Diwan de Rumengol et animer son comité de soutien.

    Il a une autre corde à son arc : il vient de réaliser son premier film documentaire, D’Escale en Eskal.

  • Plouguerneau. L’école Diwan bien soutenue

    Source : - Le Télégramme
    Date de parution le 03/12/2019

    Samedi dernier se tenait l’assemblée générale du comité de soutien de l’école Diwan de Plouguerneau. Marcel Le Dall représentant la mairie de Plouguerneau et Klervi Lintanf pour Ti ar Vro Leon étaient invités pour l’occasion.
  • Plabennec. Succès pour le marché de Noël des créateurs

    Source : - Ouest-France
    Date de parution le 03/12/2019

    Dimanche dernier, environ 2 000 visiteurs ont arpenté les allées du marché des créateurs, organisé par l’association Arzou da Zont.

  • Lannion. Après le kig ar farz, un marché d’artisans créateurs

    Source : - Le Télégramme
    Date de parution le 02/12/2019

    Le kig ar farz a emporter, organisée dimanche 8 décembre, par le comité de soutien à l’école Diwan de Lannion, a remporté un beau succès, avec la vente de 220 parts.
  • skol_analre

    Auray. Le calendrier Diwan présenté à la « Foar an traoù kozh »

    Source : - Le Télégramme
    Date de parution le 02/12/2019

    Les parents et les amis de Skol Diwan An Alré se sont bien mobilisés pour la « Foar an traoù kozh » (vide-greniers) organisée, dimanche 1er décembre, à la salle Émeraude de Locoal-Mendon.
  • skol-diwan-kemper1__RLP2108

    Le Quimper de… Arno Élégoët, parent d'élève Diwan

    Source : Matthieu Gain - Actu.fr
    Date de parution le 01/12/2019

    Prof de musique à Quimper (Finistère) et bretonnant. En 1999, Arno Élégoët a fondé la maison d’édition associative Bannoù-heol. En 2018, son livre-CD Kan ar Bed a fait un carton.

    Arno Élégoët enseigne la musique au collège Saint-Thérèse de Quimper (Finistère). En 1999, ce bretonnant a fondé la maison d’édition associative Bannoù-heol. [...]

    [...] Le breton était la langue de mon père et de mes grands-parents. Il était important de le transmettre à mes enfants, scolarisés à l’école Diwan de Kerfeunteun. Le réseau doit s’étendre à Quimper avec l’ouverture d’un 3e site à la rentrée prochaine.

  • _Jean-Michel_Blanquer_Senat_16052019_Capture_decran_2019-05-16_a_23.53.52

    Les défenseurs des langues régionales lancent l'opération "Blanquer encerclé"

    Source : Michel Feltin-Palas - L'Express
    Date de parution le 30/11/2019

    Une manifestation se tient samedi midi près du ministère de l'Education nationale pour protester contre le statut des langues dites "régionales" depuis la réforme du bac.

    Ils viennent de Brest, d'Ajaccio, de Saint-Jean-Pied-de-Port, de Strasbourg, de Toulouse ou de Toulon. "Ils" : les défenseurs du breton, du corse, du basque, de l'alsacien ou de l'occitan, qui ne résolvent pas à les voir disparaître. Leur objectif : encercler le ministère de l'Education nationale, samedi midi. Leur revendication : obliger Jean-Michel Blanquer, maître des lieux, à revenir sur sa réforme du bac qui, selon eux, a un peu plus mis à mal l'enseignement de ces langues.

  • Près de 500 personnes défilent à Paris pour la défense des langues régionales

    Source : Thierry Peigné - France 3 Bretagne
    Date de parution le 30/11/2019

    Les Bretons, près de 200, formaient une bonne partie du cortège qui a manifesté ce samedi dans les rues de Paris pour la défense des langues régionales. En ligne de mire, la réforme du lycée et du baccalauréat qui met à mal l'enseignement des langues régionales, conduisant "à accélerer leur déclin".

    C'est à bord de trois cars, que plus de 150 bretonnants se sont rendus à Paris pour manifester leur attachement à la langue bretonne. Sur le parvis de la basilique Sainte-Clothilde, ils ont été rejoints par une cinquantaine de sympathisants de la diaspora bretonne et par près de 300 autres défenseurs de langues régionales venus des quatre coins de la France représentant le corse, le basque, l'alsacien, l'occitan... Ils répondaient tous à l'appel du collectif "Pour que vivent nos langues", regroupant une quarantaine d'associations d’enseignement et de promotion des langues régionales en France.

  • Langues régionales : près de 500 personnes manifestent vers le ministère de l'Éducation nationale

    Source : - France Bleu
    Date de parution le 30/11/2019

    Près de 500 personnes ont manifesté près du ministère de l'Éducation nationale samedi à Paris. Le rassemblement, organisé par le collectif "Pour que vivent nos langues" visait à défendre les langues régionales, menacées, selon les participants, par la réforme du bac.

    Près de 500 personnes ont manifesté samedi près du ministère de l'Éducation nationale, devant la balistique Sainte-Clotilde, dans le 7e arrondissement à Paris pour exprimer, selon les participants, le danger pour les langues régionales que représente la réforme du lycée et du baccalauréat. Les nouvelles mesures mettent en effet en concurrence frontale le basque, le corse, le breton, catalan, créole, alsacien avec d’autres langues vivantes.

  • À Paris, 400 défenseurs des langues régionales

    Source : Stéphane Bugat - Le Télégramme
    Date de parution le 30/11/2019

    Venues des différents coins de l’Hexagone, plus de 400 personnes ont rallié Paris, ce samedi, afin de défendre les langues régionales.

    Un spectacle coloré et plutôt débonnaire, à grand renfort de drapeaux occitans, basques, catalans, corses, etc., avec une forte composante d’étendards bretons. Plusieurs centaines de personnes se sont données rendez-vous, samedi matin, à Paris, à l’appel du collectif « Pour que vivent nos langues », déjà à l’initiative d’une pétition qui affirme que « l’État français, en dépit de multiples condamnations par l’ONU, continue son œuvre de destruction du patrimoine immatériel que sont nos langues et nos cultures ».

  • Éducation. Attention, langues régionales en péril

    Source : Frédéric Jourdan - Ouest-France
    Date de parution le 30/11/2019

    Venus de Bretagne, du Pays basque, de Corse, d’Alsace, ils étaient plus de 500, samedi 30 novembre, à défendre les langues régionales devant le ministère de l’Éducation nationale.

    Dès dix heures du matin, sous un soleil de novembre, les drapeaux se déploient sur le parvis de la basilique Sainte Clotilde à Paris. « On a pris le car à 1 h 15 du matin », racontent Sophie Peron, de l’association An Div Yezh Breizh, et son fils Ewen, qui faisait flotter l’hermine entre les têtes de Maure corse et le Lauburu basque. [...]

    [...] « C’est un grand progrès de réunir tout le monde, se réjouit Stéphanie Stoll, présidente du réseau breton Diwan. Nous avons décidé de structurer et d’agrandir le comité pour recenser les problèmes de terrain et déposer une liste précise au ministère de l’Éducation nationale. » Longtemps sœurs ennemies, le réseau Eskolin, qui réunit les écoles de langues régionales privées, et la Flarep (1) ont décidé de mieux travailler ensemble. « Nous souhaitons vraiment que la République comprenne que plus d’une langue peut habiter en nous et que ce sera une richesse pour tous », poursuit Stéphanie Stoll. Prochaine étape, et prochain espoir : arriver au vote d’une loi sur la promotion et l’usage des langues régionales.

  • VIDEO. Langues régionales. Manifestation devant le ministère de l’Éducation nationale

    Source : - maville par Ouest-France
    Date de parution le 30/11/2019

    Plus de 500 personnes sont rassemblées ce samedi 30 novembre 2019, à Paris, devant le ministère de l’Éducation nationale. Venues de Bretagne, de Corse, d’Occitanie, d’Alsace, du Pays-Basque… elles manifestent contre la réforme du lycée et du baccalauréat qui « fragilise » l’apprentissage des langues régionales.

    La réforme du lycée et du baccalauréat est dans le collimateur des défenseurs des langues régionales. 500 d’entre eux manifestent ce samedi 30 novembre, à Paris, contre cette réforme qui met les langues régionales en concurrence avec d’autres langues vivantes, mais avec un jeu de coefficients qui est défavorable au breton, au corse, à l’alsacien…

  • _Jean-Michel_Blanquer_Senat_16052019_Capture_decran_2019-05-16_a_23.53.52

    Jean-Michel Blanquer et sa « sympathie pour la langue bretonne »

    Source : - Le Télégramme
    Date de parution le 30/11/2019

    À propos du rassemblement des défenseurs des langues régionales, ce samedi, à Paris, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, refuse le procès qui lui est fait.

    C’est l’un des conseillers de Jean-Michel Blanquer qui a reçu, ce samedi, une délégation des défenseurs des langues régionales. Quant à Jean-Michel Blanquer, il se souvient que le lycéen qu’il fut s’était inscrit à l’apprentissage du breton. « Ce qui traduit à la fois mon attachement à la Bretagne et ma sympathie pour la langue bretonne », nous a-t-il confié cette semaine.

  • skol-diwan-pempoull__RLP9248

    Paimpol. 75 artisans exposent au marché de Noël

    Source : - maville par Ouest-France
    Date de parution le 30/11/2019

    Organisée par l’école Diwan, la 24e édition du marché de Noël de Paimpol a ouvert ses portes samedi 30 novembre. L’occasion de découvrir le talent de 75 artisans jusqu’au dimanche 1er décembre au soir.

    « C’est le plus vieux marché de Noël de Bretagne. » Pour sa 24e édition, le marché de Noël de l’école Diwan du pays de Paimpol revient avec 75 exposants, samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre.