Contact

Accueil > Lenseignement-immersif-en-langues-regionales-est-constitutionnel
manifestadeg-13.03.2021-kemper_manif_13_03_paul_molac

"L’enseignement immersif en langues régionales est constitutionnel"

Proposition de loi sur la protection patrimoniale des langues régionales

06/04/2021

Lenn ar pennad e brezhoneg

Le 8 avril, le Sénat examinera en seconde lecture la proposition de loi du député Paul Molac sur la protection patrimoniale des langues régionales. Le texte comprend des articles qui pourraient considérablement faire avancer la reconnaissance des écoles en immersion. Dans un édito de Ouest-France, Stéphanie Stoll, présidente de Diwan et d'Eskolim, souligne qu' « il est temps de légiférer et autoriser explicitement l’enseignement immersif en langue régionale. »

"Avez-vous déjà lu une décision du Conseil constitutionnel ? Certes, ce n’est pas la littérature la plus passionnante. Quand on s’y intéresse, cela devient, au choix, une aventure à la manière de Champollion, l’homme qui déchiffra l’écriture des pharaons, ou un cauchemar dans lequel on pense comprendre les mots mais le sens des phrases nous échappe immanquablement.

Plusieurs fois, j’ai entendu que l’enseignement de la langue bretonne tel qu’il est mené dans les écoles Diwan n’est pas constitutionnel. Bigre ! Pourtant ces écoles fonctionnent depuis 1977 en Bretagne et Seaska, leur alter ego basque s’est lancé dès 1969. Et tout cela ne serait pas constitutionnel ? Donc illégal ?

Dans la vie quotidienne, l’enseignement bilingue par immersion est tout simple : la journée, les enfants vont à l’école et l’école est en breton ou dans une autre langue régionale, cela leur offre le bain linguistique qui leur permettra d’être bilingues en breton et en français puisque le français est largement dominant dans la société bretonne. Que dit donc le conseil constitutionnel de cette démarche pédagogique un peu originale ?

Pour trouver ses décisions, j’ai dû me faire aider. Le droit et la jurisprudence, ce n’est pas simple. Il existe bel et bien trois décisions constitutionnelles abordant les langues régionales : celle sur la Corse en 1991, celle sur la loi de finances en 2002, qui concernait Diwan et celle de 2004 pour la Polynésie. Aucune ne déclare que l’enseignement immersif serait inconstitutionnel. Dans sa grande sagesse, puisque telle est l’expression consacrée, le Conseil constitutionnel a posé deux principes : primo, une loi de finances ne peut « décider du principe de l’intégration de tels établissements (Diwan) dans l’enseignement public » ; secundo, l’enseignement des langues régionales ne peut être obligatoire. Quelle belle chose en effet que l’enseignement des langues régionales ne concerne que celles et ceux qui les aiment déjà un petit peu, avant même de les connaître pleinement !

La République française est si bien faite qu’elle dispose d’un autre conseil des Sages, le Conseil d’Etat. Celui-ci a aussi été invité, en 2002, à donner son avis sur l’enseignement immersif en breton. Les conseillers d’Etat ont alors relevé que l’enseignement immersif n’était pas conforme à un article du code de l’éducation. Ils n’ont opposé aucune inconstitutionnalité et dans leur communiqué de presse, ces messieurs ont laissé entendre qu’une loi nouvelle permettrait de régulariser la situation de l’enseignement immersif.

Voilà donc où cette promenade en jurisprudence m’a conduite : dans un pays où on fait dire à la loi des choses que jamais elle n’a jamais porté. Il est temps que cesse ce tour de passe-passe. Et si ce billet ne suffira pas à convaincre nos juges suprêmes d’user d’un langage accessible au commun des mortelles, peut-être aura-t-il quelque effet pour qu’enfin cessent les sornettes et que le parlement et le gouvernement fassent ce que le Conseil d’Etat leur a suggéré il y a presque vingt ans : légiférer et autoriser explicitement l’enseignement immersif en langue régionale. C’est le bon moment, le 8 avril l’Assemblée nationale examinera une proposition de loi sur les langues régionales. Dalc’homp mat ! Tenons bon !"

Mots clefs associés : langue    immersion   

Partager cet article

Lire aussi

Convention État-Région : Nos associations toujours unies pour réclamer son renouvellement

8 avril 2021, Assemblée nationale à Paris. 247 député·e·s votent en faveur de la proposition de loi relative à la protection...

Loi langues régionales : Député·e·s breton·ne·s ! Allez jusqu’au bout, on compte sur vous le 8 avril !

Nous, le collectif "Unanet evit ar Brezhoneg" (Uni·e·s pour la langue bretonne) oeuvrons depuis des mois pour que le 8 avril 2021...

Des contenus numériques en breton pour faire face au confinement

Beaucoup de contenus en ligne permettent de garder un lien avec la langue de l’école pendant l’épidémie de covid-19, des contenus...

Le temps est venu de reconnaître l’enseignement par immersion !

Eskolim appelle les député·es à pleinement soutenir la proposition de loi sur la protection patrimoniale des langues régionales...

Tous les articles sur ce thème