Contact

Accueil > Etablissements > Bro diwan naoned > Enseignant et enfant : un lien à nourrir
skol-diwan-naoned2_Skol_Diwan_Naoned_2_Re_vras_CP_CE1

Enseignant et enfant : un lien à nourrir

Un enseignant témoigne

03/10/2019

Lenn ar pennad e brezhoneg

La clé du bilinguisme précoce, c’est de parler sans cesse en breton aux enfants pendant la journée scolaire. Gireg Le Guevel, 28 ans, est enseignant depuis 2015 et directeur depuis 2018 à l’école Diwan de Saint-Herblain. Il nous explique comment l’immersion permet d’arriver au bilinguisme complet de l’enfant.

Comment se déroule l’immersion à l’école et dans la classe ?

Ce que je constate avec l’immersion en breton c’est qu’il faut commencer tout de suite et toute la journée : il vaut éviter les coupures en français. Cela fonctionne grâce au projet mené par toute l’équipe pour ne pas laisser le français prendre trop de place à l’école. Les enfants sont accueillis en breton le matin et ils repartent à la maison en breton.

En classe, j’organise des séances pour mettre en pratique le breton à l’oral. Les premières années on parlera français de temps en temps, mais uniquement pour rassurer un enfant, Je leur demande de parler breton lorsque je sais qu’ils sont capables de le faire, je ne leur demande jamais des choses qui n’ont pas été vues ensemble.

Pour vivre une immersion collective, j’organise une leçon dans laquelle je propose un sujet qui sera étudié en trois temps :

  • Chacun lève le doigt et pose des questions en breton sur le sujet. Les enfants s’écoutent les uns les autres.
  • Après cela, ils parlent entre eux, deux à deux, sur le sujet, et ils n’utilisent que le breton.
  • Pour finir, chacun va venir à son tour me parler du sujet en breton.

Je demande toujours de formuler des phrases complètes, même pour des réponses courtes. On entend trop souvent des enfants répondre par "Oui" ou "Non" sans se contenter de plus. Ce n'est pas l'enseignant qui doit parler un maximum mais à l'élève pour bien intégrer la syntaxe de la langue. Ainsi, les enfants utilisent la langue de différentes manières. Et surtout à l’oral, le plus important.

Pourquoi parler breton en continu aux enfants ?

En parlant sans cesse breton aux enfants, on leur apporte les bases pour pouvoir utiliser la langue par la suite. En parlant et en pratiquant sans arrêt, tout ce qui est appris maintenant est acquis pour les années à venir.

Par cette technique, on donne des outils aux enfants pour leur permettre d’utiliser la langue par tout ce qui leur est appris. Nous revenons souvent sur les bases pour aller plus loin petit-à-petit, car ça leur servira toujours.

D'une année sur l'autre, je reviens aussi sur les bases, car on entend trop souvent des adolescents faire des petites fautes basiques. Parler breton est une formation qui ne s'arrête jamais sur certains points, revenir sur des choses déjà travaillées les années précédentes est essentiel pour ancrer l'utilisation du breton de manière durable dans la vie scolaire d'un élève.

Pourquoi commencer l’immersion dès le plus jeune âge ?

Parce qu’ils n’ont pas encore intégrées les langues. Plus ils grandissent, plus il est difficile de leur enseigner une nouvelle langue car ils ont alors déjà organisé les langues dans leur cerveau. Quand ils sont petits, ils ne se rendent pas compte qu’on leur parle une « langue » : pour eux ce sont des chants, des gestes, et petit à petit ils comprennent le sens de ce qui leur est dit. A la fin de la maternelle, les enfants sont capables de s’exprimer en breton et en français. Ainsi, en CP, il sera plus facile de leur apprendre à lire et à écrire.

A mon sens, pour lire et écrire une langue, il faut savoir la parler avant. Par exemple, on voit la difficulté de l’enseignement de l’anglais, parce que c’est une langue que nous ne parlons pas entre nous. Ce n’est pas évident d’apprendre à la fois à parler, lire et écrire une langue : ainsi on se retrouve avec des personnes qui font la distinction entre une langue parlée et une langue écrite. De la même façon, une langue est un ensemble : il est préférable de posséder dans un premier temps une langue parlée, car c’est une histoire de son et d’oreille. Ensuite, on mettra en pratique à l’écrit ce qui a été entendu.

Comment les enfants accueillent le breton ?

Ils comprennent rapidement le breton car on le parle quotidien. A partir de 3 ans, ils comprennent la langue plus ou moins déjà. A partir de 4 ans, ils commencent à l’utiliser. Je les vois grandir et changer. Ce qu’ils ont appris, ils l’utilisent entre eux et avec les adultes. Afin que la langue soit bien accueillie, il faut créer un lien de confiance entre enseignant et enfants, des deux côtés. Ce lien est à nourrir chaque jour.

La confiance vient également de ma part : je leur demande de rester sage et ils le font. Cela fonctionne parce qu’il y a un vrai échange entre nous : douceur et bienveillance, sans être trop gentil et respectueux sans crier. De l’autre côté, les enfants ont également confiance, un lien est créé : pour eux, je ne suis pas un monstre ni un ami, je suis leur enseignant. Ils ont des émotions et il faut les laisser s’exprimer. S’ils apprécient l’enseignant, ils seront plus à l’aise pour prendre la parole et parler davantage breton, sans avoir peur.

Mots clefs associés : Saint-Herblain    immersion    témoignage   

Partager cet article

Lire aussi

Diwan à l’heure du confinement

#RestezChezVous c’est le mot d’ordre en France en ce moment ! Et oui, il faut se confiner pour pouvoir vaincre le coronavirus....

Des contenus numériques en breton pour faire face au confinement

Beaucoup de contenus en ligne permettent de garder un lien avec la langue de l’école pendant l’épidémie de covid-10, des contenus...

Information Coronavirus

Les écoles, les collèges et le lycée seront fermés à partir du lundi 16 mars 2020. + Mise à jour lundi 23 mars + Des contenus...

Kevre Breizh exhorte les élus à un vrai travail collectif

Kevre Breizh, dont Diwan est membre, a publié un communiqué de presse suite au vote à l’Assemblée Nationale de la proposition...

Tous les articles sur ce thème